Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
19 avril 2012 4 19 /04 /avril /2012 08:41

Yop les filles.

 

Ce matin, levée assez tôt pour regarder Les maternelles sur la 5 139683 J'ai trouvé le sujet particulièrement interressant.

 

Les prédateurs sexuels.

 

J'ai trouvé les mots de la psychologue (enfin, de la dame spécialiste invitée) très juste.

 

Je n'ai pas été agressée. Je n'ai pas été approchée. Mais j'ai quand même réfléchis sur mon enfance.

 

A chaque fois que j'allais chez la voisine au lieu de rentrer directement à la maison, ma mère m'engueulait comme si j'avais volé un bijou (je peux comparer parce que je l'ai fait... et que je me suis fait prendre bouhhh c'est pas beauuuu langue ).

Aujourd'hui je la comprends.

 

Mais que se passait-il dans ma tête à cette époque?

 

1/ C'était la voisine.

Quand ma mère me disait que même à elle je ne devais pas lui faire confiance, je ne comprenais pas. Je n'avais pas les mots pour lui expliquer, et aujourd'hui que je les ai, je ne les lui dirais pas. Elle se moquerait de moi. Comme d'habitude. En fait, je ne comprenais pas. Ma mère lui parlait à la voisine. Elle lui disait bonjour. Elles discutaient de la famille, de comment ça va, de la santé, du beau temps... Donc je ne comprenais pas que ma mère puisse lui faire confiance, et que moi je n'avais pas le droit. Je ne comprenais pas non plus qu'on habite à coté de chez elle si on ne devait pas avoir confiance en elle.

 

2/ J'étais dans une phase d'opposition.

Bon, d'accord, je suis dans une phase d'opposition depuis que je sais dire non... c'est pas une référence.

Mais c'était un peu une façon de dire "merde" à ma mère. d'avoir le contrôle sur quelque chose. Oui maman me mettait en garde, j'allais chez la voisine, et regarde maman, je suis encore revenue, je suis vivante et je vais bien. Lache-moi la grappe maintenant, tu veux?

 

3/ Elle avait des tablettes de chocolat cote d'or.

Oui, je sais. Tout ce que les parents apprennent à leurs enfants, en particulier la mienne, ne valait rien en comparaison du chocolat Cote d'or. On n'en avait pas à la maison. C'était le meilleur. Elle avait beau le prendre avec du raisin dedans (je déteste le raisin sec), j'y allais quand même, et je le mangeais quand même. Rien que parce que c'était du cote d'or et qu'il y avait des noisettes dedans.

 

Alors je voudrais quand même rassurer mon monde. Non, je ne serais pas montée en voiture avec un(e) inconnu(e) qui m'aurais proposé ce chocolat. Je ne serais pas rentré chez un voisin autre que mes trois voisins proches (nelly à droite, nelly à gauche, annie au fond) et françoise, la mère de ma copine (sur le même trottoir à 50m de la maison).

Aujourd'hui, je comprends la position de ma mère. Mais en ayant conscience de ce qui se passait dans ma tête, j'espère en retirer un enseignement pour apprendre la sécurité à mes enfants.

 

Je pense que ce n'est pas tout de dire "non" à un enfant (ou oui d'ailleurs). Je pense qu'il faut pouvoir lui expliquer pourquoi, et lui faire comprendre. C'est comme ça qu'il devient capable de dire non quand il le faut.

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Présentation

  • : Mamanpanique : Le blog !
  • Mamanpanique : Le blog !
  • : Coups de gueules, coups de blues, coup de fatigue... Tout y passera. Si je ne peux en parler autour de moi, j'en parlerais au monde entier. Du désir d'avoir un enfant, jusqu'à, j'espère, cet instant ou je pourrais vous dire "il(elle) est là".
  • Contact

Je vends !