Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
13 décembre 2011 2 13 /12 /décembre /2011 13:36

 

Yop les filles !

 

Pour débuter cette catégorie de Geek Attitude (Prononcer "Attitioudeuh"  façon Blonde attitude d'Anne Roumavov), je vais poser un petit résumer de ce week end de folie qu'à été Japan Expo en 2009.

 

 

Bon, d'abord, C'est quoi Japan Expo

 

C'est une manifestation sur l'univers japonais en général. Oui, il y a plein de mangas. Mais non, il n'y a pas que ça.

La manifestation (qui se réduisait à une exposition à l'époque) dure depuis une bonne dizaine d'années, d'abord Porte de Versailles, et maintenant, Parc des Expositions à Villepinte. Chaque année, c'est de plus en plus grand. La manifestation prinipale se déroule à Villepinte durant le premier week end de juillet. Il en existe d'autres, à Orléans, Marseille, Belgique, à d'autres dates. A villepinte, partage la place avec la Comic'con, festival des cultures imaginaires.

 

 

Du monde

 

Japan Expo, c'est : jeudi, idéal pour visiter, Tout le monde à de la place pour circuler, on ne se bouscule pas autour des stands pour apercevoir la dernière peluche qui vient de partir, sauf à table. Mais bon... L'appel de l'estomac hein On en profite pour discuter avec les jeunes créateurs et artisans, et pour étudier en long en large et en travers la carte et le planning. Il y a des places assises dans le RER.

Vendredi, Un peu plus de monde, mais plus de costumes, et des activités un peu plus interressantes. Les tables sont toujours pleines, mais on trouve encore quelques places pour s'asseoir et manger tranquillement. On est debout dans le RER.

Samedi, Première chose, Personne d'assis dans le RER. Il se renverserait que personne ne pourrait bouger. Tout le monde est sur la pointe des pieds, serre les fesses et rentre le ventre, et les pauvres hères qui auraient le malheur d'avoir un avion à prendre avec valises se verraient incendier rien qu'avec les yeux.  Dans l'enceinte du parc, même chose. Impossible d'avancer vite, la foule bouche tous les passages, Pas la peine d'espérer atteindre les toilettes (même les hommes!), n'esperez pas non plus vous asseoir sur une chaise. Peut être par terre... mais c'est pas sur. Impossible d'accéder aux stands professionnels, si vous avez des achats à faire, faites les avant ou après. Mais pas le samedi. En revanche, c'est la meilleure journée pour user et abuser de votre appareil photo. Les scènes Cosplay (costumes) se remplissent des plus beaux costumes de la manifestation, les plus loufoques, les plus réussis, les plus impressionnants...

Dimanche : Entre le Vendredi et Samedi niveau monde, impossible de s'asseoir sur une chaise ou d'accéder aux stands professionnels, mais il est à nouveau possible de circuler.

 

Des Stands

 

Japan Expo est divisée en plusieurs catégories.

Les stands Editeurs qui accueillent les éditeurs mangas, leurs nouveautés, et parfois, même, leurs propres invités.

Les stands Professionnels qui accueillent toutes les boutiques "pro" qui vendent de tout à tous les prix (surtout les plus hauts). Peluches, goodies, nourritures, accessoires, coussins, mangas, bentos (sigh encore trop peu à mon gout)...

Les stands Amateurs, qui regroupent les artistes dessinateurs et créateurs de mangas, fanzines... On y retrouve des artistes tels que fleur de Spada , la team Ouroboros. Ils vont et viennent. Vous n'êtes pas sûrs de retrouver un artiste l'année d'après.

Les stands Jeunes Créateurs, ou l'on peut acheter la mode japonaise, les bijoux inspirés de la mode nippone, des jupes, des trucs et des machins, Le tout, réalisés par de jeunes créateurs en herbes, qui ont déjà parfois leur boutique, ou pas, et qui espèrent ainsi se faire un nom. Il y a vraiment de jolies choses à voir.

Les stands "Culture", avec Le Go, le catch japonais, les voitures, la relaxation, les voyages... A visiter de toute urgence afin de décompresser de la foule.

Je laisse Colombe s'expliquer :

 

 

Les espaces Cosplay, avec la scène principale, et l'immense espace qui parait un peu trop le jeudi et qu'en fait le samedi ya pas assez de place. Pour défiler, se faire prendre en photo, déconner, et se reposer en admirant les chef d'oeuvre de haute couture.

 

 

 

Les salles d'activités, ou l'on se rend pour tout ce qui relève de l'animation. Des jeux, des spectacles, des karaokes, des cosplays, des concerts, des défilés, des séances d'autographe...

 

shht vous m'avez pas entendu chanter

 

 

Des activités

 

A Japan Expo, vous pouvez faire pleins de chose. Ce n'est pas pour rien que ca dure 4 jours.

 

Vous avez des jeux : karaokes, quizz, concours, jeux de pistes, d'adresse, de chance, en salle d'activité ou directement sur les stands, avec des gains plus ou moins de prix. Une dédicace, un goodies, une entrée à Japan expo...

Vous avez des concerts : d'artistes japonais, connus, ou un peu moins, AKB48, Yui Makino, Mizuki, Kanon Wakeshima, Morning Musume...

Des défilés : De cosplay, de jeunes créateurs, de mode japonaise, de kimonos...

Des spectacles : Les romanesques, Danse traditionnelle, cérémonie du thé...

Du cosplay : avec la scène principale, les concours, les thèmes, les libres, les shows, et tout simplement ceux qui s'habillent autrement !

 

http://www.actuabd.com/IMG/jpg/Japan-Expo--Cosplay-Gros-se.jpg

 

(Bon, j'ai pris l'image sur un site, mais j'ai la photo du gars à la maison. La seule photo que je n'ai pas raté de cette Japan expo japonais-pleure )

 

 

 

http://photos-c.ak.fbcdn.net/hphotos-ak-snc1/5571_1167551717068_1476202212_30422271_6124486_s.jpg

 

 

Mais aussi... Du Free Hug

 

http://www.consoledejeux.info/photos/salons/japan-expo-2009/free-hugs/b-japan-ex-09-freehugs-22.jpghttp://6d.img.v4.skyrock.net/6d4/myconfessions87/pics/1874577227_small_1.jpghttp://www.consoledejeux.info/photos/salons/japan-expo-2010/free-hugs/b-free-hugs-09.jpg

http://76.img.v4.skyrock.net/762/free-hugs-powaa/pics/photo_46353584_small_1.jpghttp://www.actuabd.com/IMG/jpg/Free-hugs.jpghttp://www.consoledejeux.info/photos/salons/japan-expo-2010/free-hugs/b-free-hugs-03.jpg

et encore du free hug

 

 

 

 

Enjoy !

Repost 0
24 novembre 2011 4 24 /11 /novembre /2011 16:46

Yop les filles !

 

Quoique je ne doute pas qu'avec un article sur cette série de jeux n'attire plus de mâles que de jeunes donzelles. Et je le regrette !

 

 

D'abord c'est quoi Assassin's Creed?

 

C'est une série de jeux vidéos, sur playstation, xbox, et pc qui comporte actuellement 4 opus. Type aventure/plateforme en 3D avec une approche du réèl aussi précise que possible retrace l'historique généalogique de Desmond Miles, à travers ses ancêtres Altaïr (Assassin's Creed premier du nom), et Ezio Auditore (Assassin's Creed 2, 3 et Révélation), membres d'une organisation nommée "Les assassins". Ces trois personnages s'opposent aux Templiers afin de retrouver la (les?) Pommes d'Eden, sensées détenir un pouvoir surpuissant.

 

Ensuite, pourquoi je vous parle de ce jeu?

 

D'abord parce qu'à première vue, le jeu était totalement ininterressant. Pas du tout mon genre de jeu, de constroler un assassin. Et pourtant, l'année dernière, quand j'ai vu des gamins jouer à Assassin's Creed Brotherhood (le 3), j'ai eu le coup de foudre. Les graphismes splendides, les vues aériennes purement jouissives, l'action, le coté historique (AC Brotherhood se passe en italie Renaissance). Et pour une fois, le coté "réèl" du graphisme ne m'a pas repoussé, comme c'est souvent le cas (Oui oui, je suis très portée sur les graphismes old school, type super nintendo).

 

J'ai donc acheté les jeux. Le 2 d'abord, d'occasion, trouvée pas cher chez Game, puis chéri m'a offert le 1. L'ennui, c'est que j'avais déjà commencé le 2 alors quand j'ai voulu tater du premier, j'ai été dégoutée Non, il n'est pas pourri ! C'est juste que le 2 étant plus beau, plus fluide, et plus récent, le 1 fait un peu pâle figure à côté. En revanche j'adore voir chéri jouer. Ce qui ne me ressemble pas non plus, vu que je déteste regarder quelqu'un s'amuser sans moi !

 

Puis j'ai acheté Brotherhood, en promotion aussi. J'ai terminé le 2, j'ai commencé le 3, et j'arrive à la dernière mission.

 

Puis j'ai un peu laissé de coté, de nouveaux jeux, d'autres choses à faire, du boulot, les grandes vacances, enfin, plus vraiment la tête à ça.

 

Et puis il y a quoi? Deux semaines? Révélations est sorti. Et je l'ai fumé comme jamais ! Puisque je l'ai terminé hier soir. (J'en ai profité pour finir le 3 parce que ya un gros spoil au début du 4 qui m'a complètement choqué).

 

Je dis terminé, mais euh... juste l'histoire principale hein. Il faut savoir qu'il y a danla série des AC assez de bonus et de trucs et de bidules pour satisfaire pleinement ma collectionnite aigüe. Des plumes, des trésors, des cartes, des machins...

 

Outre que l'histoire part en sucette cohérente, j'apprécie les efforts de Ubisoft pour toute les données historiques collectées et fournies au joueur. Si vos adolescents pubères se passionnent soudainement pour leurs cours d'histoire sur la renaissance, s'ils se mettent à regarder sur canard+ la série des Borgia, et s'ils veulent prendre italien en deuxième ou troisième langue, ne cherchez plus. C'est Assassin's Creed le responsable

 

Profitez-en ça ne va pas durer

 

Pourquoi je l'aime ?

 

Graphismes époustouflants.

Visite de nombreux lieux chargés d'histoire au cours des différents opus. Italie, Constantinople, Terre Sainte...

Jeu en français intégral, dialogues ponctués d'italien justement dosé. Votre ado va adorer... les insultes sont en italien

Nombreux trésors cachés. Fan de collectionnite aigüe bonjour !

Possibilité de consulter l'histoire des lieux et des personnages ayant réèllement existé.

Imaginaire très présent. Dans le sens ou faire faire la même chose qu'Ezio nous précipiterais surement à la morgue sans passer par la case hopital... Cela ne nous empêche pas de rêver hein Sans compter l'histoire de la mémoire génétique, de la théorie du complot universel...

Une touche de romantisme. Certes, les mâles, surtout boutonneux, pourront trouver Ezio franchement vieux jeu dans son approche italiano-machiste des femmes. Mais il défend l'honneur de sa soeur, et pourtant c'est un coureur de jupon invétéré. Sans compter.... Sofia... Un romantique, défenseur de la veuve et de l'orphelin... que demander de plus? Ah? On me dit dans l'oreillette qu'il ne fait pas le café. Ah merde. C'était trop beau pour être vrai...

De l'action en veux-tu en voilà. Pousuites dans les rues et sur les toits, phases de furtivité, courses en chariots à boeufs, vol à la tire, prostitution, déguisement... Chaque mission est différente et nécessite des compétences diverses.

 

 

Conclusion :

M'sieur Ubisoft, vous avez pas un job pour moi?

C'est trop cours, m'sieur Cadbury

 

 

 

 

Qu'est ce qu'ils ont tous eu, ces éditeurs, à donner le sous-titre "révélations" à leur jeux pour noel?

Repost 0
22 novembre 2011 2 22 /11 /novembre /2011 18:39

Yop les filles !

 

Aujourd'hui, pas de recettes, juste la photo de mon bento de ce midi.

 

[url=http://www.casimages.com/img.php?i=111122062645310733.jpg][img]http://www.casimages.com/img.php?i=111122062645310733.jpg[/img][/url]

 

(Cliquez sur l'image pour la mettre en plus grand)

 


En haut mini quiche, feuilleté au knack, et sablé chèvre-thym.
En bas Carottes rapées, oeuf dur, et riz-thon-mayo maison.

 

 

J'ai mangé froid, vu que dans les galeries marchandes, ya pas de micro-onde ;) Je me suis régalée.

 

Ca m'a fait du bien de m'y consacrer un peu hier soir et ce matin. Ca faisait longtemps que je n'en avait pas réalisé un, et même si il est pas tout [cri d'hystérique] *kawaiiiiii* , je suis contente de ce que j'ai fais.

 

Il faut quand même savoir que je fais des bentos, mais purement français. Je n'aime pas franchement la cuisine japonaise... Le poisson, les crustacés, les algues... Alors forcément, ca limite rapidement. Je dois improviser ma déco. Et moi et la déco on n'est jamais dans la même pièce ^^

 

Enfin... Pour plus de précisions :

 

Knacks feuilletés

 

Vous prenez une pate feuilletée, vous la déroulez. Prenez votre Knack, que vous enroulez dans la pate feuilletée, vous collez les bords avec un peu d'eau au pinceau, et coupez au couteau. Recommencez jusqu'à ce qu'il n'y ait plsu de pate. Oeuf-lait pour dorer, faites des grandes stries sur le dessus de la pate (sans percer), et enfournez une dizaine de minutes à 180°C . Temps variable en fonction des fours, de l'intensité, et tutti quanti.

 

Le sablé au chèvre, vous avez déjà la recette.

 

La quiche, quiche maison, lorraine. Pate feuilletée, jaune d'oeuf, crème fraiche entière, grugru, et lardons.

 

La mayo : un jaune d'oeuf, une cuillère de moutarde, sel poivre, et un tiers de litre d'huile. Standart quoi...

 

Miam. Vivement que j'ai du boulot pour pouvoir en faire d'autres !

Repost 0
17 novembre 2011 4 17 /11 /novembre /2011 00:38

Yop les filles !

 

Vous êtes prêtes à tout pour votre enfant !? Lui donner le meilleur, vous farcir des nuits de taf à la mord-moi-l'noeud, des heures de servilité sous un régime tyrannique et sous-payé pour lui offrir le must-it-have de l'outil de jeux/éveil... 

 

 

EH BIEN PAS MOI !!!

 

 Mère indigne !

 

http://emoticoneemoticone.com/emoticones/etonne/15.gif

 

 

 

 

Je vais vous raconter, Vous allez comprendre.

 

Donner de moi à mon enfant, oui. Mais je ne suis pas prête à suicider ma vie pour lui. Ni à suicider mon compte en banque. Au demeurant en désaccord avec mon désir d'enfant.

 

Alors je fouille, fouarfouille, guette, explore, compare, reluque, matte... TOUT !

 

Car il faut bien l'avouer, le marché du bébé est florissant. (Ne montez pas sur vos chevaux, je ne parle pas d'acheter un bébé, mais de tout ce qui est autour du bébé).

 

Pléthore d'avis de consommateurs (ou consommatueurs, vu certains commentaires...). Publicités, nec plus ultra... Que retirer de... ça?

 

Commençons par définir nos attentes. Je vais faire les miennes, mais faites les votres, hein? Je veux pas vous macher le travail.

D'abord parce que chaque femme à ses propres attentes, et puis aussi parce que je suis complètement cinglée...

 

1) Nature mais pas trop.

Oui aux produits plus naturels (emballage et contenu), mais pardon Dame nature, je refuse d'utiliser des couches lavables. Je respectes les femmes qui y voient pourtant le choix le plus naturel du monde, le plus militant-écologique. Si un jour, les industriels nous sortent une couche jetable bio-dégradable (à prix abordable j'entend), cela mettra tout le monde d'accord.

 

2) Allaitement.

Si possible, bien sur. J'estime qu'il est plus naturel de donner le sein à son enfant. Oui, à l'heure actuelle, on garde quand même à l'esprit l'image "vache à lait". Mais j'espère y prendre du plaisir pour atténuer cette image.

 

3) Juste dose de médicaments.

On se dit tous ça. Bien sûr, encore une fois, tant que la santé de l'enfant le permet. Je me vois mal dire ça avec un enfant qui a besoin de soins quotidien. On n'a jamais été très médicaments dans la famille. Les vaccins sont à jours (malgré tout ce que j'ai fait pour les fuir). Et à part quelques angines de temps en temps, ce n'est pas ma faute si la sécu à un trou dans le pantalon.

 

4) Equipement juste nécessaire, mais le meilleur de qualité.

Il y a tellement de choses dans toutes les catégories de puériculture qu'au final, quand on se demande comment nos parents faisaient, on se demande comment ils y arrivaient ! Je ne reviendrais pas sur le lave linge ni les couches jetables. Je ne réfute pas non plus les avancées technologiques. Et maladroite comme je suis, il me faut du solide. Et si l'enfant est bien l'enfant de ses parents, le matos va être mit à rude épreuve.

 

Bon, passons au concret. En fait les 4 points se rejoignent.

Le 2) va faire le malheur de tous les fabricants. Allaitement exclusif. Je ne compte absolument pas du tout donner le biberon. (Oui, je sais, entre ce que je veux et ce qu'il va se passer, il y a tout un monde). Donc ce qui signifie... 1 petit biberon pour l'eau, et heu... c'est tout. Enfin peut être autre chose, quand j'y penserais, mais en dehors du lait, et ensuite des aliments, il n'y a que l'eau d'indispensable. Et par extension les aliments. Miss ne jure que par le baby-cook (ou assimilé). Le robot à la maison fait la même chose, je ne me vois pas acheter un robot exprès pour le bébé, cela ferait double emploi. A juger au jour le jour, mais je reste sceptique.

 

4) Héhé. Pas facile de choisir. Tous les articles de puériculture sont plus mirifiques les uns que les autres.

J'aimerais une chambre neuve. Avec la peinture (je peux plus voir la peinture blanche de la maison -euuurk-). Ce qui signifie le lit, la commode (pas à langer attention, je veux le plan à langer à part), et l'armoire trois portes. Déjà, une fois trié les chambres complètes avec armoire trois portes, il en reste pas beaucoup. Et alors trouver une chambre à mon gout... Désert total... Moi, j'aime l'originalité. Les portes décalées, les couleurs sobres... D'abord couleurs sobres, zéro. Soit c'est blanc (et on connait mon sentiment sur le sujet), soit c'est bois (trop classique à mon gout), soit c'est orné de (rayez la mention inutile) princesse, winnie l'ourson, couleurs dissonantes (genre rouge, vert et bleu turquoise sur le même berceau), fleurs qui pendouillent. Ou rose/bleu. Donc oui, j'ai trouvé une belle chambre, mais Miss l'à déjà... J'avoue que si je ne l'avais pas vu en vrai, je ne l'aurais même pas regardée sur internet. ca rend vraiment bien et c'est pas si flash que ça.

Conclusion : j'irais regarder en magasin, et je prendrais ce qui sera disponible. Bah oui, parce que j'ai jeté mon dévolu sur une chambre qui n'est plus produite. Donc MERDEUUUUUH !

 

Le plan à langer. Oui, c'est parce que j'ai vu chez miss comment c'est. J'ai trop aimé. Mais (bah oui si ya pas un mais, c'est pas moi) J'aime pas les couleurs. huhu. Et pis là ya pas grand choix. blanc jaunis, bleu elephant flashy ou vert girafe flashy. Ah ya aussi les beaba en bleu et rose poudrés avec écrit dessus.

 

J'hésite pour la baignoire bébé. Mais je crois que je vais la prendre parce que j'en avais une. Enfin, on habitait dans une caravane aussi. A la limite je demanderais conseil à ma mère quand ca sera en cours de route.

 

La chaise haute. Je ne sais quoi en penser. Ca varie du simple à l'exponentiel, pour une multitude de fonction dont on n'est pas sûrs au final du rapport utilité/prix. Et puis toujours ces couleurs affreuses... Et ces motifs qui rendent la chaise affreuse alors qu'elle aurait été tellement plus potable sans...

 

La poussette. Buget et choix important puisqu'apparament l'enfant va venir s'y asseoir jusqu'à l'age de 4 ans environ. C'est marqué 4 ans. Mais en fait c'est au poids. Donc comptez 3 ans pour en enfant "normal", et 6 ans pour ma nièce. Espérons qu'elle en aura marre à cet âge là et qu'elle préfèrera marcher. Autant de prix que de poussettes. De 150 euros à plus de 1000 euros. Trois roues, 4 roues, citadine, tout-terrain, avec accessoires, en packs... On se dit quand même qu'il y a un juste milieu. D'autant que les packs fournissent des accessoires dont le nom n'évoque strictement rien à des futurs parents. Vais aller poser mes questions idiotes à la nana de chez Aubert moi.... J'espère qu'elle est bien payée hihi :b L'idéal? La poussette, 4 roues, tout-terrains, vu que j'habite le fin fond du trou du luc de la cambrousse, avec le panier qui fait couffin, et la coque pour aller dans la tuture à grand-mère. Réversible route/maman. Manque de bol, la couleur n'est encore une fois pas au rendez-vous. Si l'enfant ne roule pas dans un corbillard,estimez vous heureuse. Le reste n'est que marron (pompeusement baptisé chocolat), rouge (vif), gris, turquoise (bien vif aussi). Toute autre couleur se verra immédiatement associée à une autre de base.

Ah si j'en ai trouvé une sympa niveau coloris... mais c'est une poussette canne. Et j'aime pas les cannes...

 

Quoiqui reste? les couleurs de peinture, l'assortiment des prduits avec la couleur des murs, tapis or not tapis, tapis d'éveil, balancelle, couffin, machin, truc, bidule...

 

 

Le mieux c'est encore d'attendre avant d'acheter la majorité de l'équipement.

D'abord parce que vous savez pas si votre gamin en voudra, et vous, vous vou en voudrez d'avoir mis 150 euros dans un truc qui le fait hurler à la mort.

Ensuite parce que c'est souvent démarqué "fille/garçon". Donc pas d'achats avant le 4ème mois.

Pour les vêtements, ca dépendra beaucoup si c'est une crevette ou un mastodonte (comptez plus un mastodonte d'ailleurs). Achetez le minimum, et ensuite avisez en fonction de la taille de votre loustic.

Les produits "d'entretien". A part les couches, évitez de prendre trop à l'avance, à cause des dates de péremption.

 

 

Je n'ai pas parlé des jouets... Mamie, papy, cousin, la voisine, la copine, les frangins... tendez leurs les bras :b

 

En revanche n'hésitez pas à regarder partout dès le jour ou vous vous posez, et que vous êtes d'accord pour faire un enfant. Sans forcément acheter, mais pour vous familiariser avec les procédures cliniques, les éventuelles complications, et surtout la grande variété de produits et d'avis. Cela vous permettra de savoir dans quoi vous vous lancez, et surtout de savoir comment vous voulez vivre cette aventure. Miss m'a dit que je n'aurais plus rien à faire pendant ma grossesse, si je faisait tout ça avant. C'est bien possible. Mais je ne le regrette pas. Cela me permet de définir longtemps à l'avance mes attentes, de découvrir la face caché de ce baby-shopping, et d'en mesurer l'impacte sur mon porte feuille. (sigh!) J'hésite à me tourner vers de l'occasion, surtout pour la chambre et la poussette. Il faudrait que je puisse aller voir, juger du produit sur place, et le faire livrer. Ce qui n'est pas évident quand on a pas de voiture. 

 

Bon, il est deux heures du matin, ca fait déjà deux heures que je suis sur cet article (je tiens d'ailleurs à remercier over-blog qui a sauvegardé mon article non terminé quand firefox à planté), et je vais aller dormir. Enfin je vais essayer vu que je suis complètement décalée. Et surtout je vais VOUS laisser dormir.

 

Cet article fait suite au visionnage d'un reportage sur le baby-business (en replay sur internet) de je ne sais pas quand, si sur quelle chaine (bouhh je suis vilaine j'ai pas fait attention), que j'ai trouvé très agréable. 1000 euros pour une baby shower, avec des gateaux en forme de biberon complètement nunuche, avec des meringues roses et bleues partout (beuark...). Sérieux, si je deviens comme ca quand je suis enceinte, pendez-moi ! Le trotteur qui finalement est complètement mauvais pour les bébés. Et les quelques services proposés au plus près des mamans.

 

Bonne nuit les filles ! Pour celles qui ne se lèvent pas toutes les trois heures pour tenter de calmer choupinounet ;)

Repost 0
28 octobre 2011 5 28 /10 /octobre /2011 20:10

Yop les filles,

 

encore un article ! Oui, bin... oui, quand je commence à râler, je rale pour tout et n'importe quoi... Mon chéri qui mélange mon linge propre qui était sur le lit, avec le linge sale qui était dans le panier parce que mossieur va se coucher, les articles sur les news maternité, l'omelette que ma mère à fait baveuse....

 

Et les working mamans.

 

Non pas que je m'insurge contre la volonté/l'obligation de certaines mère à reprendre le travail.

 

Non, c'est sur la façon que cela oblige la maman à vivre. Et particulièrement à vivre sa maternité. J'allais dire son allaitement, mais je me suis rendue compte que celles qui donnent le biberon sont aussi concernées.

 

Et je me rends compte également que je n'ai paut être pas parlé français !   Continuez à lire, si vous n'avez pas compris, cela va devenir plus clair.

 

"Comment concilier travail et maternité"

"Sevrer mon enfant pour travailler"

 

Je m'insurge contre tellement de choses. Des broutilles, la pluspart du temps. Mais là ! C'est en fait un peu le pompom. On encourage les femmes à vivre pleinement leurs grossesses et leurs maternités. De quelques manières qu'elles les vivent. Allaitement, biberon, bio, standart, portage, landeau, poussette... Y compris celles qui ressentent le besoin de retravailler, avant que l'enfant n'aille à l'école, pour reprendre un peu de contrôle sur leu vie.

 

Or la vie ne nous offre pas toujours le choix. Ni ce choix, ni d'autres. Or la société ne nous laisse pas de choix non plus. Si je dois retravailler, pour payer mes factures... Je dois "laisser" mon enfant. Même si je voulais l'élever exclusivement (comprendre pas de nounou, crèche, garderie, baby-sitting). Car un enfant n'a pas sa place sur un lieu de travail. Si je l'allaite encore, je dois passer au biberon, soit industriel, soit naturel (méthode du tire-lait). Et je dois passer à un mode de garde.

 

Je me révolte contre le fait qu'une femme (ou un homme, hein, j'suis pas machiste) ne peut pas travailler et élever son enfant en même temps.

Bien sur, qu'elle ne sera pas aussi productive.

Bien sur que cela demanderait une organisation supplémentaire aux entreprises. Un nouveau mode de contrat peut être, et des emplois du temps différents. Sans compter les aménagements (toilettes pour enfants, prises pour chauffe biberons, micro-ondes pour petits pots, et que sais-je encore...).

 

Mais je trouve que cela serait une merveilleuse avancée sociale. Je ne dis pas avoir trouvée de solution miracle. Encore faut-il suivre chaque métier pas à pas pour le développement d'une idée pareille. La société est encore pleine de paradoxes qu'il faut déméler un à un.

 

Une amie m'a montré les comptes qu'elle avait fait. Elle touchait 900 euros de chomage. Si elle travaillait, elle touchait 1300 euros net. Elle a fait ses comptes entre le transport, les nécessités de l'emploi (tailleurs, maquillage, coiffeur...), et le seul mode de garde disponible. Cela ne lui servait à rien de travailler. Les économies réalisées sur le chauffage, la moitié du transport payé par l'employeur, et le plus par rapport à son chomage, passaient dans la nounou. Elle a préféré élever sa fille. Et je comprends aisément pourquoi.

Elle a pu avoir le choix de ne pas travailler.

D'autres ne l'ont pas.

 

Qu'on leur laisse le choix d'élever leurs enfants.

Repost 0
28 octobre 2011 5 28 /10 /octobre /2011 17:02

Yop les filles...

 

Je m'baladais, comme ça, sur les sites d'informations à destination des parents/duturs parents. Miss ne m'en a pas envoyé depuis un certain temps, alors j'ai été à la pêche aux nouvelles.

 

Pour tomber sur des titres alléchants, de mon point de vue, du moins.

 

"Une assistante maternelle perd son emploi car elle porte le voile" < Je trouve ça révoltant, et donc important à lire.

"Des jumelles donnent la vie le même jour" < Commérage pur et dur. Et donc totalement indispensable de se renseigner.

"Attention au choix du prénom!" < Eh oui, c'est quand même important de bien y réflechir...

"Recul des droits des femmes en maière d'Ivg" < Tiens, un scandale... A lire.

 

Je feuillette... Et je ne trouve rien d'interressantCes soit-disant articles font à peine quelques lignes. D'ailleurs, j'en ai déjà écrit plus à raler sur cet article qu'il n'y en a dans les 4 article mentionnés ci-dessus réunis.

 

Oui, voila, l'ass-mat portait le voile, on l'a viré, la cour d'appel à validé le jugement. Point. Et? On s'attendrait à un rappel de la loi, un parti pris, d'un coté ou de l'autre, une explication... Rien...

Personnellement cela me révolte. Les chrétiens ont le droit de porter leur croix du moment qu'on ne la voit pas. J'avoue qu'il est difficile de "cacher" un foulard... Mais je suis convaincue que si l'une d'elle arbore sa croix, la responsable ne va pas lui faire un caca nerveux... J'aurais aimé avoir un comparatif du nombre d'ass-mat virées pour refus d'enlever la croix/le foulard (ou tout autre accessoire religieux).

Si une ass-mat porte le foulard, elle l'assume. Si un enfant lui demande pourquoi elle garde le foulard sur la tete, elle peut répondre sans soucy sans engager l'enfant à suivre sa religion. "Je porte un foulard parce que dans ma religion, cela se fait comme cela".

 

A force de vouloir imposer la laicité pure et dure, on en oublie le droit des hommes à suivre une religion. Refuser le port du foulard dans une école revient à refuser d'embaucher des musulmanes. Je trouve que c'est une forme de racisme déguisé.

 

Deux femmes, jumelles, ont donné la vie, dans la même maternité, à leur enfant le même jour. Les cousins ont donc la même date d'anniversaire. Voilà en résumé ce que dit l'article. Il précise aussi que ces deux femmes vivent en co-location. Bon, très bien, et après? Ou avant? J'aurais voulu avoir, je ne sais pas, un témoignage, un passage traitant de leur organisation dans la vie de tout les jours... Se retrouver à deux femmes enceintes dans le même appart, ça à du créer quelques feux d'artifices? J'aurais voulu savoir si elles ont choisi les prénoms en accord, si elles prévoient de mettre en commun les vêtements, les soins... 

Du pur papotage, mais rien à croquer.

 

Le choix du prénom. L'article explique qu'en belgique, près de la moitié des parents regrettent le prénom qu'ils ont donné à leurs enfants. Quelques statistiques belges (le nombre de demandes de changement de prénom) sont lachées pour appater les lectrices avides d'informations pour bien choisir le prénom... Et puis rien. Youhouuuu nous sommes en france ! Les procédures de changement de nom ne sont sans doute pas les mêmes... Les conditions d'acceptation de prénom par l'état non plus... Les recours en cas de refus de l'état civil à faire porter un prénom nuisible à l'enfant (on dit un prénom débile chez moi)... On aurait souhaité des infos de ce genre... Un comparatif avec la belgique, puisque l'article part sur des statistiques belges. Je me demande même si entre les belges "français" et les "autres" belges, les procédures sont les mêmes? Et puis il aurait fallut quelques rappels - logiques mais quand on est enceinte, la logique... au fond du trou - du genre, le prénom n'est-il pas une marque? faire attention aux deux (ou trois ou plus) initiales lorsqu'elles sont accolées, dans tous les sens. Vérifier que le nom et le prénom ne forment pas un jeux de mot... enfin des petites choses comme cela quoi.

 

Le recul du droit des femmes à l'IVG... Toute une histoire, ça aussi. De quelle façon ces droits reculent-ils? Ce n'est pas marqué. Qu'est-ce qui à fait réagir ces mutuelles? Les demandes de ces deux mutuelles sont tout à fait normales à mon sens.

 

"Elles réclament notamment un même accès à l’avortement sur tout le territoire, et ce, dans des structures de proximité, avec l’assurance de la gratuité de l’ensemble des moyens de contraception et d’un suivi gynécologique égal pour toutes les femmes, quel que soit leur âge." Selon l'article sur parents.fr

 

Autrement dit, accès à l'avortement pour toutes les femmes à partir du moment ou elles ont leurs règles.

Gratuité des moyens de contraception.

Même suivi gynéco pour la riche ou la pauvre à partir du moment ou elle ont leurs règles.

 

En théorie, c'est bien. En pratique...

 

1/ Je me demande ce qu'une fille de 12 ans, qui à besoin d'avoir recourt à l'avortement (IVG), peut avoir dans la tête. Et je voudrais encore plus savoir ce qu'il y a dans la tête des parents qui ont laissé faire ! J'estime qu'avant l'age de vingt ans, on n'est pas assez intelligentes pour se permettre de tomber enceinte par accident. (La maturité variant avec l'age et le soutien des parents j'en conviens). Oui oui, j'ai bien dit intelligente. Parce qu'une gamine de 14 ans qui veut une ribambelle d'enfant ne sait pas dans quelle merde (et c'est le cas avec certaines couches au naquada) elles se foutent. Elever un enfant cela se prépare. Ce n'est pas comme si on n'avait encore que ça à foutre. C'est fini le temps ou les nanas ne servaient qu'a ça.

2/ L'une des mutuelle est une mutuelle étudiante. Je me demande ce qu'une mutuelle étudiante peut penser du droit à l'IVG. Dans la théorie, on finit ses études avant d'avoir un gosse. Ce qui montre bien que les jeunes femmes sont complètement à coté de la plaque. Un accident, ça peut arriver. Un oubli de pilule, une capote qui se déchire parce qu'on était déchiré... Mais si vous allez chercher les statistiques des IVG, vous verrez que le nombre des IVG chez les étudiantes paraissent totalement et affreusement trop élevés (c'est mon avis, et sérieusement, comment les parents éduquent-ils leurs enfants? -Responsabilité partagée, ce n'est pas qu'à la fille de se protéger).

3/ Le même suivi gynéco... Ils sont marrants... Ils savent que ceux qui n'ont pas de mutuelles payent le gynéco? Il faut savoir que le prix d'une simple consultation, c'est 30 euros. Et qu'on est remboursé à 23 euros apr la sécu. Et les 7 euros qui manquent? De notre poche. (Sans parler des gynéco non conventionnés...). Ce qui veut dire qu'une jeune femme qui a des sous d'avance, un "bon" métier, un chéri plein aux as pourra aller chez le gynéco dès qu'elle à un pet de travers. En revanche, celle qui est fauchée, qui cumule deux emplois pour boucler ses études et son logement, ne peut pas se permettre d'aller voir son médecin, même quand ça lui gratte le cul.

 

 

 

Enfin. Tout ça pour dire que ces articles auraient pu vraiment être interressants. Malheureusement, lorsqu'on ne peut lire à peine plus que l'introduction, on est très déçues. Je n'irais pas me casser les bonbons à aller chercher les vraies infos sur internet. Je n'ai pas que cela à faire.

 

C'était Mamanpanique en direct de "Coups de gueule".

Repost 0
12 octobre 2011 3 12 /10 /octobre /2011 12:03

Yop les filles !

 

J'ai testé cette recette par pure gourmandise ! J'ai pris la recette sur internet.

 

 

Ingrédients

 

20 Carambars (Perso je trouve pas ça suffisant, mais chacun ses gouts...)

150 gr de beurre salé (Si vous utilisez du beurre doux, rajoutez trois pincées de fleur de sel)

150 gr de farine

120 gr de sucre

3 oeufs

10 cl de lait

1/2 sachet de levure

 

Recette

 

Faire fondre le lait, le beurre et les carambars.

Préchauffez votre four à 180°C

Mélangez le sucre, la farine, les oeufs et la levure (et le sel si beurre doux).

Incorporez  la préparation carambars.

Beurrez votre moule à cake (ou pas si vous utilisez un moule en silicone)

 

Enfournez environ 40 mn.

 

Personnellement  pour les bentos j'utilise des mini-moules (genre bouchées), donc je ne laisse pas plus de dix, quinze minutes sinon c'est foutu. Meilleur tiède que froid.

 

Se conserve bien au congélateur.

Repost 0
12 octobre 2011 3 12 /10 /octobre /2011 11:22

Yop les filles !

 

 

J'inaugure ma section Bento Party avec une recette trouvée sur Bento-addict. La recette est de Miss Miroir.

 

Si au premier abord, j'ai été surprise, je me suis dit pourquoi pas? A la maison on aime le thym, et on aime le chèvre (même moi, à petite dose uniquement quand même).

 

J'ai coupé sa recette en deux, pour les essais, pour éviter de devoir trop en jeter si je foirais ou si nous n'aimions pas cela.

 

Ingrédients

 

100 gr de fromage de chèvre en buche. (C'est la moitié d'une buche standart)

100 gr de farine

40 gr d'huile d'olive

1 jaune d'oeuf

thym

sel

 

Recette

 

Battre ensemble huile, l'oeuf, le thym et le sel.

Ajouter la farine.

Ecraser le chèvre et l'incorporer à la préparation jusqu'à obtenir une sorte de pate sablée.

 

Former un boudin avec. J'avoue, c'est pas évident quand on n'a pas le coup de main. J'ai passé un quart d'heure sur cette étape parce que la pate sablée se tient mal.

 

Enrouler le boudin dans du film alimentaire, bien serré, et le laiser reposer au frigidaire. (Le mien y a passé un après midi complet, mais vous pouvez le laisser moins longtemps, dans la recette d'origine c'est juste le temps de faire chauffer le four).

 

Préchauffez votre four à 180°C.

 

Sortez votre boudin du frigidaire et découpez des rondelles dedans. Pas trop fines, sous peine de voir le sablé se faire la malle ! Pas trop épais non plus sinon c'est plus des sablés mais des pavés

 

Au choix : Beurrez votre plaque, utilisez du papier sulfurisé(papier cuisson) ou une plaque de silicone.

 

Enfournez 14 minutes, en retournant à environ dix minutes pour faire dorer les deux cotés.

Comme le rpécise miroir dans sa recette, cela dépend un peu du four. J'ai laissé les sablés presque 20 minutes pour qu'ils soient un peu dorés. A déguster tiède, ou froid.

 

Se congèle très bien.

Repost 0
7 octobre 2011 5 07 /10 /octobre /2011 13:39

Yop les filles !

 

Depuis quelques jours, je teste un jeu, qui s'appelle Drakkensang Online.

 

C'est un hack'n slash, type Diablo II, gratuit, en ligne, sans téléchargement.

 

Première impression : Bonne.

 

Le jeu est en béta-test ouverte, je croise rapiement d'autres joueurs, la prise en main se fait instinctivement pour quelqu'un qui a déjà joué à ce genre de jeux. Les graphismes sont bien, le personnage à un bon rendu, les attaques aussi. J'ai regretté un peu le manque de choix de classe (guerrier ou mage...) et le manque de personnalisation du personnage (3 couleurs de cheveux...). Mais ce n'est qu'une bêta-test, et d'autres classes (au moins deux) sont apparament prévues.

Le début du jeu est simple, les créatures ne sont pas insurmontables au débutant, et l'on rentre assez vite dans la partie "réelle" de jeu. (C'est à dire, avec les autres joueurs en dehors du "tutoriel".)

Pas de soucis pour jouer. Je remarque quelques ratés au niveau clic, que j'attribue au fait que j'ai débuté sur un ordinateur portable, donc la connexion n'est pas idéale (avec deux dalles de béton entre la box et l'ordi). J'ai baissé la qualité graphique, et coupé le son (choix personnel, j'apprécie rarement la musique sur un jeu de ce type). Ce qui améliore les performance et ce petit détail de clique n'apparait plus.

Le système des magies utilisant des essences élémentaires est original.

 

Un gros bon point : Ce n'est pas un jeu d'assisté ! On vous donne une quête, on vout dis ou trouver tel monstre (genre sud-est de la forêt maudite), et après démerdez-vous ! Ca change de ces très beaux jeux ou tu passe ton temps à cliquer sur la carte sans regarder ce que tu fais ni lire les quetes parce que de toute façon le jeu le fait tout seul.

 

Seconde impression : Moins bonne.

 

Si effectivement, au premier abord le jeu me plait bien, j'ai été douchée après avoir consulté les forums. Le jeu est en ligne depuis mars, mai pour la béta fermée, et seulement septembre pour la beta ouverte (de mémoire). Le retour des joueurs sur ce qui ne fonctionne pas est impressionnant. Le système de potion du jeu à été changé récemment manifestement, pour équilibrer le système de jeu, et le pvp. Ce qui déséquilibrait le pvp déséquilibre maintenant le jeu. Le manque d'univers autre que la quête principale se fait sentir. Le manque de potions de vie (du au changement du système) aussi. La vitesse à laquelle on dépense les essences élémentaires, et la quasi impossibilité de recharger (refull au changement de niveau) sont carrément gênantes dès qu'il s'agit d'abattre un "boss". D'un seul coup, arrivée niveau 17-20, impossible de réaliser une quête en solo. A cause de tout. Du manque de potions de vie, que je n'ose pas utiliser car je n'en ai trouvée qu'une seule depuis le début du jeu, du manque d'essences magiques, qui fait que si je ne les utilise pas je ne passe pas, et si j'en ai plus, le boss me rétame. En revanche, des popos de mana par millier sans autre utilité que la revente.

Parlons du système monétaire. La monnaie tri-partite (cuivre, argent et or) est originale. Néanmoins elle ne sert à rien. Ah si, à acheter des compétences, et leurs évolutions. Mais les potions, le forgeron, les joyaux, les objets divers et variés utilisent l'altérium. Monnaie payante du jeu. Autrement dit, on doit utiliser sa carte bleue pour obtenir des objets, agrandir son sac, ou tout simplement acheter une potion. Alors bien sur, on en trouve un petit peu en cours de route, sur des monstres. Mais quand on voit que pour gagner la première page de sac il faut débourser 1600 altérium, et qu'on le ramasse par 4 ou 5, on n'est pas rendu. Et encore, quand on sait depuis le départ que l'altérium est payant ! Parce que moi, cruchaude, j'ai utilisé l'altérium pour je ne sais plus quoi. Des équipements je crois. Même pas sure.

 

Le système à majorité payante du jeu semble être une composante habituelle des jeux de la firme big point, selon les dires de certains sur le forum.

 

 

Conclusion

 

Le jeu a du potentiel. Si les développeurs voulaient bien se sortir les doigts du cul ! (J'en connais un autre comme ça, mais on n'en parlera pas.)

Repost 0
30 septembre 2011 5 30 /09 /septembre /2011 20:11

Il y a presque 20 ans, lorsque je sortais de mon premier enterrement, je demandais à ma mère "Pourquoi je ne pleure pas, maman?".

 

Alors, j'étais petite. Peut-être cinq, ou six ans. Je ne savais pas ce qu'étais la mort. Et je connaissais peu ma tante. Mais je comprenais que j'aurais du être triste. Je savais alors que je ne la reverrais plus. Tout le monde pleurait, et moi je ne pleurait pas. Je voulais pleurer. Montrer que j'étais triste. Mais je ne l'étais pas. Pas vraiment.

 

Et depuis j'ai compris. J'ai pleuré. Il y a quinze ans, pour mon second enterrement, j'ai pleuré. Tout ce que j'avais. Toutes ces larmes que j'avais à peine commencé à produire. Je n'ai pas beaucoup pleuré. Pas dans mes souvenirs, qui restent flous. A vrai dire, je ne me souviens même pas y être allée. Pourtant je devais y être, à l'enterrement de ma grand-mère. La seule que j'eus connus.

 

J'ai pleuré il y a dix ans. Pour de vrai. Pendant longtemps. Très fort. Tout ce que j'avais. Et j'ai même re-pleuré après, après que mes larmes se furent taries, et que de nouvelles les eurent remplacées. Je pleurais le soir. La nuit, dans mon lit. Seule, dans le noir. Sans arriver à dormir, j'avais besoin de pleurer. Tout simplement. De laisser ma tristesse s'évacuer. Car il y a dix ans, j'ai perdu mon père. 

 

Et aujourd'hui je pleure. En contrepoint de leur douleur. Aujourd'hui, j'ai enterré mon beau-père. Qui ne verra jamais les petits enfants que je m'étais décidée à porter. J'ai pleuré pour lui il y a une semaine, alors qu'il s'accrochait encore à la vie. Mais pas aujourd'hui. Aujourd'hui, j'ai pleuré, oui, c'est vrai. Mais j'ai pleuré pour tous ces visages ravagés par le chagrin. J'ai pleuré pour la douleur qu'ils éprouvent dont je connais l'intensité. Et je pleure encore ce soir. Seule, sur le canapé du salon. Je souffre pour eux. Je souffre encore. Ils ont perdu un mari, un père, un grand-père, un frère, un beau-frère, ou un beau-père. Ils ont perdu un ami. Ils ont perdu un papy. Tous ont prononcé des mots touchants. Ils furent nombreux à lui rendre hommage. Plus encore à pleurer. J'ai vu plus d'un visage perdre contenance, exprimer toute la détresse contenue dans leurs coeurs, simplement à dire bonjour. Plus d'un sont repartis sans un mot. Demain je ne les verrais pas. Ils auront du mal à refaire un pas, à avancer dans ce lieu désormais si sombre.

 

Demain, nous offrirons le premier verre. En sa mémoire. Parce que c'est ce qu'il aurait voulu. Parce que nous voulons les remercier d'être venus. De partager notre peine.

 

A mon premier enterrement j'ai demandé "Pourquoi je ne pleure pas maman?". Aujourd'hui, je me rattrape. Je pleure pour un petit rien. Pour un mort à la télé. Pour un personnage tué dans un roman. Je pleure pour un lapin sur le bord de la route. Je pleure. J'en ai besoin pour me libérer de mes émotions. Pour vivre, tout simplement...

 

A toi mon beau-père. Puisses-tu vivre encore longtemps dans leurs coeurs.

Repost 0
mamanpanique - dans Divers
commenter cet article

Présentation

  • : Mamanpanique : Le blog !
  • Mamanpanique : Le blog !
  • : Coups de gueules, coups de blues, coup de fatigue... Tout y passera. Si je ne peux en parler autour de moi, j'en parlerais au monde entier. Du désir d'avoir un enfant, jusqu'à, j'espère, cet instant ou je pourrais vous dire "il(elle) est là".
  • Contact

Je vends !