Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
22 septembre 2011 4 22 /09 /septembre /2011 14:09

Vous êtes surs?

 

Juste que je vois ce titre d'article un peu partout, avec l'article qui décrit comment les "femmes" et les "mères" sont en conflit dans le même corps.

 

Et j'ai compris qu'il n'y avait pas de conflit, mais que la société créait ce conflit qui n'existe pas. Après lecture d'un des article de "unechambreàmoi", qui est un blog de maman dont j'apprécie la plume, j'en suis arrivée à cette conclusion.

 

La société (pas l'état, mais l'ensemble formé par la pression professionelle, sociale, familiale...) sépare la femme, qui sort, qui se maquille, qui s'interresse à l'actualité, qui fait des bons petits plats à son mari, qui voit ses copines, qui prend des vacances, qui ne se soucie de rien ;  et la mère, qui s'occupe de ses enfants (d'une façon ou d'une autre, en fonction de qui lui dicte sa façon de faire), qui se sacrifie pour ses enfants, pour sa famille, et qui d'un seul coup, semble-t-il, se voit pousser des bras supplémentaires.

 

En revanche, je crois que si cette différence existe, c'est parce que la société l'a crée. Une mère est une femme. Une femme est une mère. Passée, future, même si elle ne le ressent pas comme tel, et même si la société ne le voit pas. Même si elle ne veut pas d'enfant. Même si elle ne peut en avoir. Quelles que soient les raisons.

 

Pourquoi la femme et la mère dans un corps entreraient en conflit? une mère n'est-elle pas une extension naturelle de la femme? Une chatte n'est-elle plus une chatte lorsqu'elle a mis bas? La réduit-on à l'état de "mère"? (Prenez en exemple n'importe quel animal d'ailleurs). Oui, les habitudes changent. Une jeune mère change de mentalité, comme n'importe qui change de mentalité lorsqu'il est confronté à un évènement important. C'est normal. Enfin presque. Elle change de mentalité parce que les pressions sociales font qu'elle n'a pas d'autre choix que de changer, si elle veut pouvoir élever son enfant comme elle le souhaite.

 

Parce qu'il faut se dresser contre ces pressions si on ne veut pas finir dépressives. Et au résultat on est quand même dépressives parce qu'on a dit merde, et qu'on culpabilise.

 

Je n'ai pas d'enfant. Suis-je moins femme qu'une autre? Suis-je moins mère qu'une autre? Certes, je n'ai pas donné la vie. Mais je ferais passer la vie d'un enfant sans hésiter avant la mienne.

 

En rédigeant je m'aperçois que j'utilise beaucoups de termes subjectifs. Et que je n'explique pas ma définition des choses qui peuvent être différente de la votre.

 

Une mère pour moi, c'est d'abord une femme. Une femme qui sera (ou est) capable d'élever un enfant malgré l'adversité. Qu'il soit le sien naturel ou pas. Qu'importe sa façon de l'élever. Qu'importe ce qu'il deviendra "quand il sera grand". La pluspart des espèces élèvent les petits des autres femelles, et parfois même inter-espèces. Pourquoi pas la femme humaine?

 

Ce qu'on appelle l'instinct maternel, est enfoui en chaque femme. Qu'il se réveille ou non, il y est. C'est génétique. Comme dans toutes les espèces, sinon il n'y aurait plus de vie sur terre.

 

La femme et la mère n'entre pas en conflit. Elles ne co-existent même pas. Elles sont unes.

On dit souvent que l'amour ne se divise pas, mais qu'il se multiplie. Là, c'est le même principe. La femme, la mère, la fille. Ce ne sont que des petits morceaux de ce que la "femelle humaine" est. S'ils sont en opposition, ce n'est qu'un noeud créé par la société. Une société qui veut que la femme et la mère soient différentes. Une société qui élève les femmes différamment de ce qu'elles deviendront lorsqu'elles auront donné la vie.

 

Ce qui fait que les femmes ont peur d'avoir des enfants.

 

Arrêtons de stigmatiser la grossesse et l'accouchement. Arrêtons de les réduire à de vulgaires clichés. Ce sont des femmes qui accouchent. Elles se sont laissées suffisament aller pour confier à leur entourage la gestion de cette bulle que sera l'accouchement. Elles ont besoin de soutien. Quels que soient leurs choix, pour elles ou pour leurs enfants. Pas de jugement.

 

Et je répète mon coup de gueule, car je me suis une fois de plsu égarée. Arrêtez de vouloir expliquer la scission entre la femme et la mère... Réconciliez les !

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Présentation

  • : Mamanpanique : Le blog !
  • Mamanpanique : Le blog !
  • : Coups de gueules, coups de blues, coup de fatigue... Tout y passera. Si je ne peux en parler autour de moi, j'en parlerais au monde entier. Du désir d'avoir un enfant, jusqu'à, j'espère, cet instant ou je pourrais vous dire "il(elle) est là".
  • Contact

Je vends !