Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
30 septembre 2011 5 30 /09 /septembre /2011 20:11

Il y a presque 20 ans, lorsque je sortais de mon premier enterrement, je demandais à ma mère "Pourquoi je ne pleure pas, maman?".

 

Alors, j'étais petite. Peut-être cinq, ou six ans. Je ne savais pas ce qu'étais la mort. Et je connaissais peu ma tante. Mais je comprenais que j'aurais du être triste. Je savais alors que je ne la reverrais plus. Tout le monde pleurait, et moi je ne pleurait pas. Je voulais pleurer. Montrer que j'étais triste. Mais je ne l'étais pas. Pas vraiment.

 

Et depuis j'ai compris. J'ai pleuré. Il y a quinze ans, pour mon second enterrement, j'ai pleuré. Tout ce que j'avais. Toutes ces larmes que j'avais à peine commencé à produire. Je n'ai pas beaucoup pleuré. Pas dans mes souvenirs, qui restent flous. A vrai dire, je ne me souviens même pas y être allée. Pourtant je devais y être, à l'enterrement de ma grand-mère. La seule que j'eus connus.

 

J'ai pleuré il y a dix ans. Pour de vrai. Pendant longtemps. Très fort. Tout ce que j'avais. Et j'ai même re-pleuré après, après que mes larmes se furent taries, et que de nouvelles les eurent remplacées. Je pleurais le soir. La nuit, dans mon lit. Seule, dans le noir. Sans arriver à dormir, j'avais besoin de pleurer. Tout simplement. De laisser ma tristesse s'évacuer. Car il y a dix ans, j'ai perdu mon père. 

 

Et aujourd'hui je pleure. En contrepoint de leur douleur. Aujourd'hui, j'ai enterré mon beau-père. Qui ne verra jamais les petits enfants que je m'étais décidée à porter. J'ai pleuré pour lui il y a une semaine, alors qu'il s'accrochait encore à la vie. Mais pas aujourd'hui. Aujourd'hui, j'ai pleuré, oui, c'est vrai. Mais j'ai pleuré pour tous ces visages ravagés par le chagrin. J'ai pleuré pour la douleur qu'ils éprouvent dont je connais l'intensité. Et je pleure encore ce soir. Seule, sur le canapé du salon. Je souffre pour eux. Je souffre encore. Ils ont perdu un mari, un père, un grand-père, un frère, un beau-frère, ou un beau-père. Ils ont perdu un ami. Ils ont perdu un papy. Tous ont prononcé des mots touchants. Ils furent nombreux à lui rendre hommage. Plus encore à pleurer. J'ai vu plus d'un visage perdre contenance, exprimer toute la détresse contenue dans leurs coeurs, simplement à dire bonjour. Plus d'un sont repartis sans un mot. Demain je ne les verrais pas. Ils auront du mal à refaire un pas, à avancer dans ce lieu désormais si sombre.

 

Demain, nous offrirons le premier verre. En sa mémoire. Parce que c'est ce qu'il aurait voulu. Parce que nous voulons les remercier d'être venus. De partager notre peine.

 

A mon premier enterrement j'ai demandé "Pourquoi je ne pleure pas maman?". Aujourd'hui, je me rattrape. Je pleure pour un petit rien. Pour un mort à la télé. Pour un personnage tué dans un roman. Je pleure pour un lapin sur le bord de la route. Je pleure. J'en ai besoin pour me libérer de mes émotions. Pour vivre, tout simplement...

 

A toi mon beau-père. Puisses-tu vivre encore longtemps dans leurs coeurs.

Partager cet article

Repost 0
mamanpanique - dans Divers
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Mamanpanique : Le blog !
  • Mamanpanique : Le blog !
  • : Coups de gueules, coups de blues, coup de fatigue... Tout y passera. Si je ne peux en parler autour de moi, j'en parlerais au monde entier. Du désir d'avoir un enfant, jusqu'à, j'espère, cet instant ou je pourrais vous dire "il(elle) est là".
  • Contact

Je vends !