Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
8 mars 2012 4 08 /03 /mars /2012 08:41

Yop les filles !

 

Un petit article sur le pouce, comme je suis en retard dans mon programme de publication (à vrai dire je suis en retard sur tout) , une demi heure avant de partir faire du scrap chez la copine.

 

Pas pour vous parler du passage à l'heure d'été ou d'hivers de l'horloge, pendant les vacances de la toussaint ou de paques, mais pour vous parler de celui de l'horloge biologique. Celle qui régule nos réveils le matin, et le fait que l'on ai froid/chaud ou non. 

 

C'est simple. Cela va bientôt faire deux semaines que je me réveille tôt le matin. Quand je dis tôt, c'est tôt. Depuis la vague de froid là, quand il y avait de la neige partout. Je n'ai pas modifié mes horaires de coucher. Je me couche toujours vers minuit, et ce, depuis que l'autre connasse belle maman m'a viré de chez elle en octobre. Mais je me levais jusqu'ici vers 10h, 10h30. 

Progressivement, mon corps s'est mis à se réveiller plus tôt. Et aujourd'hui, alors que j'avais programmé mon réveil à 8h pour prendre le train à 9h40 (et donc partir à 9h10 de chez moi), eh bien à 7h j'avais déjà émergé et tentais vainement de me rendormir parce que je savais qu'il n'était pas l'heure. Je sentais bien la lumière de la fenêtre, de l'autre coté du lit. Cette ennemi juré. Je savais que si je me retournais, je serais incapable de me rendormir.

Sauf que je ne me suis pas rendormie. Et que j'ai pourtant esssayé de me rendormir. J'ai pas ouvert les yeux, j'ai pas cherché à réfléchir ni rien. Impossible. J'ai fini par regarder l'heure qu'il était. J'avais peur que le réveil n'ait pas sonné, ou alors de toute façon il allait sonner dans les trois minutes. 7h25. Dégoutéééeeeee GigaSmiley.de9592b884c0253b81108d6cf96530ba

 

Mais en fait, c'est comme ça tous les jours. Toute l'année. Plus le soleil se lève tôt, plus je me réveille tôt. En juillet par exemple, il est fréquent que je me lève vers 6h30. Tous les matins. Sans réveil. Sisi je vous jure.

Et comme je sais que je vais être claquée le soir je m'arrange pour faire la sieste. En hivers, comme je l'ai dit plus haut, je me lève seule vers 10h30. Soit j'ai besoin de plus de sommeil (avec le froid, le stress, le manque de lumière, je dois hiberner en fait) soit mon corps rattrape celui qu'il a perdu l'été.

Mais cette horloge ne concerne pas seulement l'heure de lever. Mais aussi la façon dont le corps perçoit la température. Si, au printemps, le thermomètre affiche 6°C un matin, il caille. Les gelées matinales sont encore là, on enfile un t-shirt, une veste avec des manches et une paire de basket. En hivers, les 6°C... on enfile le pull et le manteau, les gants, l'écharpe... et pour certains, c'est doudoune.

Bon, perso, c'est génétique, on est toujours en chaleur, moi 6°C, si ya pas de vent, je mets un t-shirt et juste un pull léger ca me suffit.

 

Dès que la température remonte, on enlève facilement une couche de vêtement. Ce qui est dangereux, c'est en mi-saison. Le corps n'est pas bien adapté à la nouvelle température mais n'est plus adapté totalement aux anciennes. Donc il fait encore frais le matin et chaud l'après midi et on se dit que si on se couvre, on va devoir enlever une couche et que ca va nous barber de la trimballer partout, mais que si on se couvre pas on va avoir froid. C'est là qu'on attrape la crève. Car si on a froid, c'est l'angine (avec le vent, et en plus les autres avec leurs microbes) et si on a chaud, on transpire, la transpiration se gèle dès qu'on enlève la couche en surplus, et là c'est la bronchite.

D'ou l'importance des vêtements adaptés à la saison.

 

Enfin, j'ai parfois l'impression d'être d'une extra-terrestre à dire que je n'ai pas de soucis à me lever à 7h sans réveil. Non, je ne suis pas fatiguée. C'est simplement que je n'en fais pas plus que je ne le peux dans la journée. je sais reconnaitre quand je suis fatiguée. Je ronchonne, je rale, et je finis par être véxante et méchante dans mes propos. Envers n'importe qui. Surtout en fait envers ceux que je cotoie. Quand c'est comme ça je m'arrête, je 'misole jusqu'au diner, je dine, et je file avec l'ordi dans mon lit. C'est pas la peine de me mettre la famille à dos.

 

Bon, sur ce petit billet sans queue ni tête je dois vous laisser si je veux avoir mon train.

Partager cet article

Repost 0
mamanpanique - dans Divers
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Mamanpanique : Le blog !
  • Mamanpanique : Le blog !
  • : Coups de gueules, coups de blues, coup de fatigue... Tout y passera. Si je ne peux en parler autour de moi, j'en parlerais au monde entier. Du désir d'avoir un enfant, jusqu'à, j'espère, cet instant ou je pourrais vous dire "il(elle) est là".
  • Contact

Je vends !